Publié par Djam Bakhshandegi
Programme Citoyenneté d’Entreprise et Partners in Learning Afrique de l’Ouest, de l’Est, Centrale et Iles de l’Océan Indien 

L’autonomisation des femmes à travers l’éducation et la technologie est essentielle au développement économique des pays. En Afrique, l’écart entre la population éduquée et celle qui n’a jamais eu la possibilité d’aller à l’école est encore plus grand que dans d’autres régions du monde; une différence qui est exacerbée quand on regarde les statistiques se rapportant uniquement à la population des femmes. Par ailleurs, l’accès à la technologie en Afrique est, depuis des années, limité aux riches, bien que cette tendance commence à s’inverser.

Il y a encore beaucoup de choses à améliorer en matière d’éducation en Afrique. Les Nations Unies estiment que plus de 40 pourcent des femmes en Afrique n’ont pas accès à l’éducation de base. Cependant, depuis quelques années, on encourage de plus en plus les femmes africaines à poursuivre une éducation dans le secteur de la technologie dans le but d’essayer de réduire l’écart entre les personnes ayant accès aux opportunités et les autres.

La technologie étant un facteur important pour la croissance en Afrique, le continent a conscience de la nécessité que les femmes soient éduquées dans ce domaine. Le rapport de l’UNESCO intitulé  Science, Technologie et Genre fait remarquer en ce sens que le nombre de femmes employées dans les industries de la science et de la technologie est en augmentation dans plusieurs pays africains.

De nombreuses organisations et fondations lancent de nouvelles initiatives en Afrique dans le but d’améliorer la vie des femmes et de contribuer au développement du continent à travers la technologie et la science. Microsoft apporte sa pierre à l’édifice à travers son programme DigiGirlz qui a pour but de donner aux étudiantes de lycée la possibilité de s’informer sur les carrières technologiques, de se connecter avec des employés de Microsoft et de participer à des ateliers informatiques et technologiques sur le terrain. Chaque année, 500 étudiantes bénéficient du programme DigiGirlz  sur le continent. Ces séances éveillent souvent de nouvelles possibilités dans l’esprit de ces jeunes femmes. Elles leur permettent de voir, d’entendre et de comprendre ce que l’éducation et la technologie ont apporté aux autres et ce qu’elles peuvent potentiellement leur apporter.  Nous avons également récemment lancé Aspire Women, qui est le nom officiel du portail d’autonomisation des femmes qui a été dévoilé dans le cadre du lancement de l’inititive Microsoft 4Afrika en février 2013. Il s’agit d’une collaboration officielle entre Microsoft Egypte, l’initiative 4Afrika et YouthSpark qui a pour but de rendre les jeunes femmes autonomes afin qu’elles puissent jouer un rôle de leadership dans leurs communautés, développer leurs compétences, renforcer leur estime de soi et introduire de nouveaux modèles de travail indépendant.

Si vous souhaitez de plus amples renseignements, vous pouvez explorer les liens ci-dessus et nous suivre sur Facebook et Twitter pour consulter les dernières nouvelles.