Article d’origine publié le vendredi 15 juin 2012

* Mais que vous n’osiez pas demander

La seconde partie de cette série (la Première partie est disponible ici) décrit les événements qui se produisent durant la sauvegarde d’une base de données répliquée montée et active dans un groupe de disponibilité de base de données Exchange 2010 nommé « DAG » (Database Availability Group). Dans cet exemple, il est demandé au serveur de sauvegarde de créer une sauvegarde complète de la base de données DB1 sur le serveur ADA-MBX1, à l’aide de clichés instantanés COW (ou « copie sur écriture ») non persistants :

(cliquez sur les miniatures pour agrandir les graphiques de ce billet)

image

L’événement 9606 signale que le demandeur VSS a communiqué avec l’enregistreur Exchange et indique le GUID d’instance du travail de sauvegarde qui démarre. Dans le cas présent, l’instance est 830705de-32d9-4059-94ea-b9e9aad38615. Ce GUID d’instance est conservé durant chaque travail et change d’un travail à l’autre. Vous pouvez donc l’utiliser pour le suivi des événements de chaque travail. À ce stade, l’enregistreur Exchange fournit des métadonnées sur les bases de données et les journaux présents à l’application de sauvegarde.

image

Les événements 2005 et 9811 indiquent une affectation de numéro d’instance pour ESE. Par conséquent, si l’on ajoute ce numéro (incrémenté de un à chaque travail) au GUID d’instance d’enregistreur obtenu grâce à l’événement 9606, nous pouvons également effectuer le suivi de la progression d’un travail. À ce stade, la base de données est marquée « sauvegarde en cours » dans l’espace mémoire du service de banque d’informations.

image

Juste après avoir identifié les disques pour lesquels des clichés instantanés doivent être créés (en fonction des emplacements de données fournis par les métadonnées de l’enregistreur Exchange), l’application de sauvegarde continue et demande ces clichés instantanés. Lorsque les demandes de clichés instantanés arrivent, l’événement 9608 est généré pour indiquer que l’enregistreur Exchange a connaissance de ce qui va se produire. L’application doit ensuite arrêter les écritures de disques dans les bases de données et les journaux, c’est-à-dire procéder à un « gel » pendant toute la durée du processus de génération de cliché instantané.

Lorsque l’événement 2001 est généré, le journal des transactions actuel est fermé et le gel débute. Les écritures de STORE.exe sur disque sont maintenues en mémoire.

image

Dès lors que ces événements apparaissent, nous savons que les clichés instantanés ont été créés et les écritures dans les blocs de données de base de données sont de nouveau autorisées.

image

Une fois les clichés instantanés créés, l’application de sauvegarde peut copier des blocs de données à partir du sous-système VSS, et obtenir des blocs de données à partir du stockage fantôme s’ils ont été préservés suite à une modification ou à partir du volume de disque lui-même dans le cas contraire. L’enregistreur Exchange attend de recevoir le signal indiquant que le transfert de données est terminé. Ce flux de données est représenté par les flèches violettes, qui indiquent ici la copie de données depuis les clichés instantanés vers le stockage, puis à travers les E/S du serveur Exchange, et ensuite vers le serveur de sauvegarde.

image

Une fois que l’application de sauvegarde a fini de copier les données, elle signale à VSS qu’elle a terminé. VSS en fait de même avec l’enregistreur Exchange, qui initie ensuite les étapes de post-sauvegarde, signifiées par les événements ci-dessus. L’événement 225 semble indiquer que la troncation des journaux n’aura pas lieu, mais cet événement est trompeur. Pour une sauvegarde autonome, à l’issue de la sauvegarde, ESE effacerait les journaux en conséquence. Toutefois, quand une base de données répliquée DAG est impliquée, une vérification des autres copies de bases de données doit être effectuée conjointement avec le service de réplication Exchange afin de s’assurer que la troncation des journaux peut continuer. Une fois cette vérification terminée, les journaux éligibles pour la troncation sont supprimés. L’en-tête de base de données est marqué avec des informations relatives à la sauvegarde et le bit de sauvegarde en cours est désactivé en mémoire. Dans notre exemple, les clichés instantanés utilisés pour le travail sont détruits dans le cadre du processus de fin. Dans d’autres types de sauvegardes, tels que les sauvegardes incrémentielles, la persistance du cliché instantané varie, mais dans ce cas précis ils sont supprimés.

Dans le prochain blog de cette série, nous décrirons les différentes étapes de sauvegarde d’une copie de base de données répliquée DAG passive.

Jesse Tedoff

Ce billet de blog a été traduit de l’anglais. L’article d’origine est disponible à la page Everything You Need to Know About Exchange Backups* - Part 2