Dans ce post j’essayerai de vous donner un aperçu des principales caractéristiques de Hyper-V concernant la gestion du stockage, j’y détaillerai donc les types de disques virtuels (fixed/dynamic/differential) disponibles ainsi que les avantages et contraintes associés à chaque type de disque virtuel, les types d’architectures et de contrôleurs (IDE/SCSI/iSCSI/Passthrough) disponibles au sein des machines virtuelles, les possibilités en terme de gestion du stockage physique et d’hébergement des machines virtuelles au niveau de la machine hôte (IDE/SATA/SAS/iSCSI/FC/SMB).

 

Types de disques virtuels :

Au niveau des propriétés de chaque machine virtuelle, il est possible de déclarer de 1 à 258 disques virtuels, chacun étant représenté physiquement par un fichier au format VHD, les disques virtuels peuvent être de trois types :

 

Fixed

Dynamic

Differencing

 

 

Un disque de type Fixed comme son nom l’indique a une taille fixe définie lors de sa création. Créer un disque de ce type prend donc un temps directement  lié à sa taille du fait de la réservation de l’espace de stockage physique (ou sera créé un le fichier VHD de support) mais ce temps est rapidement justifié dès lors que l’on sait que cela a pour avantage d’éviter la fragmentation du fichier VHD ainsi que l’éventuelle pénalité liée à une extension ultérieure.

 

 

 

Un disque de type  Dynamic (comme son nom l’indique aussi) peut voir la taille de son fichier VHD de support augmenter ou diminuer de manière dynamique jusqu’à un maximum défini lors de la création du disque (127 GB par défaut). Contrairement à un disque de type fixe un disque dynamique peut voir son fichier VHD de support se fragmenter au cours du temps.

 

 

Un disque de type Differencing est créé par rapport à un autre disque virtuel parent de type Fixed ou Dynamic. Le principal intérêt de ce type de disque réside dans le gain d’espace disque qu’il permet de réaliser. Il permet aussi de créer un point de départ (et de retour) depuis un état connu d’une configuration, un disque parent peut être en lecture seule de façon à sécuriser le lien entre le parent et son/ses disques Differencing.

 

 

A savoir :

-      La compatibilité du format VHD est assurée entre Virtual Server/Virtual PC et Windows Server 2008 Hyper-V.

-      Pour les raisons exposées ci-dessus, les performances d’un disque de type Fixed sont plus linéaires dans le temps que celles d’un disque de type Dynamic, du fait du moindre risque de fragmentation et d’extension à la volée.

-      Il est possible de convertir des disques de type Dynamic en disques de type Fixed.

-      Quelque soit leur type les disques virtuels ont une taille maximale de 2 TB.

 

En compléments des trois types de disques virtuels présentés ci-dessus il est aussi possible d’utiliser deux types de stockages complémentaires au sein des machines virtuelles :

 

iSCSI

L’accès direct aux disques physiques via le mode Passthrough.

 

La disponibilité d’un client iSCSI au sein des machines virtuelles permet de bénéficier d’une connectivité native au SAN via le réseau. Les possibilités offertes par le client iSCSI au sein d’une machine virtuelle ne sont pas différentes de celles disponibles en environnement physique.

 

Le mode Passthrough permet quand à lui d’adresser directement depuis une machine virtuelle un disque local ou SAN déclaré au niveau de la machine hôte.

 

 

A savoir :

-      Ce mode offre les meilleures performances en lecture et en écriture.

-      Il permet de travailler sur des volumes supérieurs à 2 TB à conditions qu’ils soient de type Guid Partition Table (GPT).

-      Afin de pouvoir accéder à un disque dans ce mode il doit être déclaré au niveau du gestionnaire de disques de la machine hôte et mis en mode Off-line.

-      Un disque physique ne peut être accédé dans ce mode que depuis une seule et unique machine virtuelle à un instant donné.

 

Types de contrôleurs virtuels :

Hyper-V permet de définir 2 types de contrôleurs au sein des machines virtuelles :

 

IDE

SCSI

 

Le nombre de contrôleurs IDE est limité à deux et le nombre de périphériques par contrôleur est lui aussi limité à deux, portant à quatre le nombre maximal de disques virtuels accessibles via IDE moins le ou les éventuels lecteurs de DVD.

 

Le nombre de contrôleurs SCSI est lui limité à quatre et le nombre de LUN par contrôleur SCSI est lui de soixante quatre (numérotés de 0 à 63).

 

 

A savoir :

-      Contrairement à Virtual Server 2005 qui proposait déjà ces deux architectures, les performances sont identiques avec les contrôleurs IDE et SCSI.

-      Le choix entre IDE et SCSI n’est pas imposé par le type de contrôleur(s) présents au niveau de la machine hôte.

-      Le BIOS virtualisé par Hyper-V ne peut booter un système d’exploitation au sein d’une machine virtuelle qu’à partir d’un disque accessible via un contrôleur IDE ou via iSCSI mais pas SCSI.

 

Gestion du stockage au niveau de la machine hôte :

Hyper-V s’appuie fortement sur les fonctionnalités proposées par Windows Server 2008 pour ce qui est de l’intégration avec le stockage physique.

 

De manière générale les fichiers VHD des machines virtuelles peuvent être stockés localement sur des disques accessibles via des contrôleurs IDE / SATA ou Serial Attached SCSI ou à distance sur des disques accessibles via iSCSI / Fibre Channel ou SMB V2.

Dans le cas ou les machines virtuelles doivent être intégrées avec les services de cluster de Windows Server 2008 afin de fournir de permettre la mise en œuvre des fonctions de Fail-Over et de Quick Migration elles doivent obligatoirement être hébergées sur un stockage supportant les commandes SCSI-3 (Persistent Reservation) et donc accédé en iSCSI ou Fibre Channel.